Myotomie per-orale endoscopique

Qu’est-ce que c’est ?

La technique de POEM est une technique récente et innovante qui consiste à inciser le sphincter inférieur de l’œsophage. Son efficacité est selon les études de 90 à 95 % à 1 an, et de 80% à 2 ans, sans certitude à long terme car non évalué (la technique est récente).


Quelles sont les différentes étapes ? 

Les différentes étapes sont :

1- Injection sous muqueuse

2- Incision longitudinale de quelques cm à15 cm au dessus de la jonction œsophage-estomac

3- création d’un tunnel sous-muqueux jusque 2 cm après le cardia

4- Section de la couche musculaire du bas œsophage et de l’estomac sur 8 à 10 cm

 5- Fermeture de l’incision


Quelles sont les indications ?

L’achalasie est une maladie rare (1/100 000 personnes) mais qui est le trouble moteur de l’œsophage le plus fréquemment retrouvé. Il s’agit d’une hyperpression du sphincter de l’œsophage associé à des anomalies de contractions de l’œsophage. Les patients se plaignent de gènes à la déglutition (blocages) des aliments liquides ou solides, un amaigrissement, de douleurs dans la poitrine, et des régurgitations. Ces symptomes ne sont pas spécifiques et peuvent être rencontrés dans d’autres maladies. Il est nécessaire d’effectuer une manométrie haute résolution et une endoscopie digestive haute en premier lieu pour faire le diagnostic. Il existe plusieurs traitements de cette maladie incluant la dilatation endoscopique, la myotomie chirurgicale et le POEM.

Quelles sont les conditions de réalisation ? 

La procédure est réalisée au cours d’une endoscopie oeso-gastro-duodénale anesthésie générale. Elle dure entre 30 et 90 minutes. Une hospitalisation de courte durée est généralement prévue au décours. Il est nécessaire de réaliser un jeun prolongé de 24h avant l’intervention afin de s’assurer de la vacuité de l’œsophage.  

Quelles sont les complications?

Une complication survient dans 3% des cas. Les plus fréquemment retrouvés sont les complications respiratoires. 

Un reflux gastro-œsophagien est diagnostiqué chez un patient sur trois.